Violations du code international de commercialisation des substituts du lait maternel : une analyse multipays

14 juin 23 | Publications - Rapports - Études, Monde

Lutter, C.K., Hernández-Cordero, S., Grummer-Strawn, L. et al. Violations of the International Code of Marketing of Breast-milk Substitutes: a multi-country analysis. BMC Public Health 22, 2336 (2022). https://doi.org/10.1186/s12889-022-14503-z

Résumé de l’étude

La commercialisation des préparations commerciales pour nourrissons (PCN) en tant que substitut du lait maternel continue d’être omniprésente et multiforme malgré l’adoption par l’Assemblée mondiale de la santé du Code international de commercialisation des substituts du lait maternel (le Code) en 1981. Dans cet article, on retrouve un résumé des rapports sur les violations du Code provenant de huit études utilisant le protocole NetCode de l’OMS/UNICEF.

Parmi 3 124 femmes enceintes et mères de jeunes enfants, provenant de huit pays :

  • 64 % ont déclaré avoir été exposées à la promotion de produits couverts par le Code au cours des six mois précédents, principalement par le biais de publicités perçues en dehors d’établissements de santé (62 %)
  • Près de 20 % des mères ayant un nourrisson de moins de six mois ont déclaré qu’un professionnel(le) de la santé leur avait conseillé de donner à leur enfant des aliments ou des boissons autres que le lait maternel
  • Puis, 21 % des professionnel(le)s de la santé ont déclaré avoir été en contact avec un représentant d’une compagnie de PCN au cours des six mois précédents pour distribuer du matériel promotionnel, des échantillons ou des fournitures gratuites (fourchette : 2 %-53 %)
  • Sur les 389 magasins de détail et les pharmacies interrogés, des promotions ont été observées dans 63 % des cas (fourchette de 0 à 100 %), et sur les 1 206 étiquettes et notices de produits examinées, près de la moitié comportaient des allégations sanitaires et/ou nutritionnelles (fourchette de 0 à 100 %)

Une relation linéaire forte, bien que non significative, a été établie entre le score composite des violations et la qualité de la législation du code ; les pays ayant le plus faible pourcentage de violations avaient la législation du code la plus stricte. En Amérique latine, plus de 50 % des professionnel(le)s de la santé ont déclaré ne pas connaître le Code, et 50 % ont déclaré ne pas connaître la législation nationale.

Conclusion de l’étude

Cette étude, qui résume et compare les résultats d’une surveillance récente du Code dans huit pays à l’aide du protocole NetCode, met en évidence trois faits essentiels :

  1. la commercialisation des PCN est omniprésente et multiforme
  2. la grande variabilité de la promotion entre les pays reflète généralement l’exhaustivité de la législation du Code
  3. les professionnel(le)s de la santé ont une faible connaissance du Code et de la législation nationale

Ces conclusions signalent l’importance de mettre en place plusieurs actions politiques, notamment le renforcement et l’application de la législation nationale relative au code, ainsi que l’élaboration et la mise en œuvre de mécanismes de contrôle permanents au niveau national, y compris dans l’espace numérique.

Les actions devraient également inclure la promotion de l’information sur le code et les responsabilités des professionnel(le)s de la santé en vertu du code dans les programmes de formation initiale et continue, les symposiums et les conférences.

 

Traduction libre
Crédit photo : Wren Meinberg 

Tour d'horizon | Mercredi 29 mai, à midi

Faire une différence dans le parcours d'allaitement

MAQ'Conférence | Jeudi 6 juin, à midi

À découvrir

Articles par catégories

Partagez cette page

Une façon simple de soutenir notre mission