Services de garde favorables à l’allaitement

Trousse pour des services de garde favorables à l’allaitement

%

Depuis 2018

En raison du manque d’information et de soutien, de nombreuses femmes cessent l’allaitement plusieurs semaines avant l’entrée de leur enfant en service de garde – alors qu’elles auraient aimé allaiter plus longtemps.

Afin de faciliter la poursuite de l’allaitement, le MAQ a conçu la Trousse pour des services de garde favorables à l’allaitement. Cette trousse n’a pas pour objectif de faire la promotion de l’allaitement, mais bien d’informer :

1– les parents sur la possibilité de poursuivre l’allaitement après l’entrée de leur enfant au service de garde

2– les responsables de services de garde et le personnel éducateur sur les façons de soutenir celles qui font ce choix

3– les ressources communautaires en allaitement pour soutenir autant les familles que le personnel

Contenu de la trousse

Outils destinés aux services de garde

  • Feuillet destiné aux responsables des services de garde : pour les sensibiliser à l’importance de faciliter la poursuite de l’allaitement pour les familles qui font ce choix 
  • Affiche Charte des services de garde favorables à l’allaitement par le MAQ : pour répertorier les pratiques favorables à la poursuite de l’allaitement
  • Autocollant Service de garde favorable à l’allaitement : pour afficher l’adhésion des services de garde à la Charte et ouvrir le dialogue avec les familles
  • Fiches thématiques : pour aborder avec le personnel éducateur divers enjeux entourant l’allaitement et défaire quelques mythes
  • Affiche Manipulation du lait maternel : pour rappeler que la manipulation du lait maternel est aussi simple que celle des autres laits
  • Formulaire d’engagement : à renvoyer au MAQ pour recevoir l’autocollant et les affiches

Dépliant destiné aux parents

  • Poursuivre l’allaitement après l’entrée au service de garde ? C’est possible !  : pour les informer de cette possibilité

Guide pratique pour les ressources communautaires en allaitement

  • Soutenir les familles et le personnel des services de garde pour faciliter la poursuite de l’allaitement après l’entrée au service de garde

 

Questions fréquentes des parents

« Mon fils commence la garderie dans 3 semaines et j’étais persuadée que cela sonnait la fin de mon allaitement. Or, en discutant avec ma marraine d’allaitement, j’ai appris que je pouvais continuer d’allaiter même en retournant travailler à temps plein ! Grâce à ses conseils, je vais pouvoir allaiter jusqu’au sevrage naturel. » — Maman de Louis

Comment est-il possible de poursuivre l’allaitement après l’entrée de mon enfant au service de garde ?

Si votre enfant fréquente le service de garde à temps partiel, les tétées manquées peuvent simplement être décalées. S’il le fréquente à temps plein, vous pouvez maintenir les tétées lorsque vous êtes avec votre enfant, par exemple le matin, le soir et les jours de congé. En fonction de son âge, le personnel éducatif pourra lui offrir un autre liquide lors de son séjour au service de garde.

Si bébé a moins de neuf mois :
Remplacer les tétées manquées par du lait maternel exprimé ou des préparations commerciales pour nourrissons (PCN).

Si bébé a plus de 9 mois et mange de façon diversifiée :
Remplacer les tétées manquées par du lait maternel exprimé, du lait pasteurisé ou encore de l’eau. Les PCN ne sont pas nécessaires.

Plus l’enfant grandira, plus le nombre de tétées diminuera. Vers l’âge d’un an, quelques tétées seulement par jour suffisent pour combler ses besoins, à condition que son alimentation soit diversifiée.

Mon bébé refuse de boire son lait au service de garde ! Que faire ?

Cette situation n’est pas rare et une période d’adaptation est souvent nécessaire. Si l’alimentation de votre enfant est diversifiée et qu’il est allaité à la demande lorsqu’il est avec vous, il n’est pas toujours nécessaire de lui donner du lait pendant son séjour au service de garde. Certains enfants vont en effet se contenter d’aliments et attendre le retour de leur mère pour boire au sein. Ils vont alors compenser l’absence de tétées de jour en tétant plus aux retrouvailles et à la maison. Durant la journée, l’éducatrice peut simplement lui donner un peu d’eau dans une tasse pour étancher sa soif.

Je ne veux pas donner de PCN à mon enfant. Dois-je absolument exprimer du lait ?

Il n’est pas toujours nécessaire d’exprimer du lait pour les journées passées au service de garde. Si votre enfant a moins de 9 mois et n’a pas encore une alimentation diversifiée, il serait effectivement préférable de lui fournir du lait maternel au service de garde. Toutefois, certains enfants refusent de boire leur lait autrement qu’au sein et compensent l’absence de tétées de jour en tétant plus aux retrouvailles et le soir. Si l’alimentation de votre enfant est diversifiée et qu’il tète matin et soir, il peut très bien se contenter d’eau durant la journée pour étancher sa soif et il n’est pas nécessaire d’exprimer son lait.

Questions fréquentes par le personnel des services de garde

« Lors de l’inscription d’un enfant au service de garde, je demande aux parents si l’enfant est allaité et si oui, s’ils ont le projet de poursuivre l’allaitement. Je leur explique alors comment notre établissement peut les soutenir dans cette voie. Les parents sont généralement très satisfaits de constater les efforts que nous avons mis en place pour faciliter la poursuite de l’allaitement et ces petits gestes font une réelle différence pour eux. » – Directrice de CPE

 

Un nouvel enfant (allaité) dans mon groupe a du mal à s’adapter et pleure beaucoup. Comment faire pour l’aider ?

Tout d’abord, l’allaitement ne devrait pas être mis en cause si l’intégration se passe difficilement. Il est tout à fait normal qu’un enfant ressente de l’anxiété de séparation, qu’il soit allaité ou non.
L’allaitement est au contraire un outil d’intégration, car il contribue à renforcer le sentiment de sécurité affective de l’enfant, ce qui permet de réduire l’intensité de l’anxiété de séparation. Ensuite, il est essentiel de travailler en partenariat avec les parents pour chercher des solutions. Vous pourriez par exemple leur proposer d’instaurer un rituel agréable de séparation ou encore leur demander d’apporter un objet familier, comme un doudou, au service de garde. Enfin, la période d’adaptation diffère grandement d’un enfant à l’autre et il faut simplement leur donner le temps de se sentir en sécurité et de s’adapter à leur nouvel environnement.

Des parents voudraient me fournir du lait maternel pour le donner à leur enfant durant la journée. Est-ce qu’il y a des risques à manipuler du lait maternel ?

La manipulation du lait maternel ne comporte aucun risque de contamination pour le personnel des services de garde. Le Guide de prévention et contrôle des infections dans les services de garde du MSSS mentionne qu’il n’est pas nécessaire de porter des gants, sauf en cas de lésion sur les mains qui ne serait pas couverte par un pansement imperméable[1]. De plus, que ce soit du lait maternel ou tout autre lait, des précautions doivent être prises pour éviter les erreurs d’administration. En cas d’erreur, il faut garder en tête que le risque de transmission d’un agent infectieux à un enfant par une seule ingestion de lait d’une autre femme est extrêmement faible[2]. Concernant le VIH par exemple, le ministère de la Santé et des Services sociaux précise que le risque de transmission n’est effectif qu’après plusieurs semaines d’allaitement (environ 400-500 tétées), d’autant plus que les composants immunologiques du lait maternel, le temps et le froid inactivent le virus.

 

[1] Ministère de la Santé et des Services sociaux. (2017). Prévention et contrôle des infections dans les services de garde et écoles du Québec : Guide d’intervention. http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/guide-garderie/chap3.pdf
[2] Ministère de la Santé et des Services sociaux. (2017). Prévention et contrôle des infections dans les services de garde et écoles du Québec : Guide d’intervention. http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/guide-garderie/chap3.pdf
Formation initiale

Formation initiale

Assurer une harmonisation des compétences minimales en allaitement de toutes les professionnelles de la santé de la province, et ce, à travers le contenu de base de leur programme de formation.

lire plus

Infolettre

Pour les dernières nouvelles concernant les environnements favorables à l'allaitement

Share This