Les nourrissons devraient-ils être séparés de leurs mères infectées de la COVID-19 ?

1 mai 20 | Monde

Traduction d’un communiqué de presse de Mary Ann Liebert, inc. Publishers du 9 avril 2020

New Rochelle, NY – Dans une nouvelle publication, Alison Stuebe, MD, présidente de l’Academy of Breastfeeding Medecine, aborde les risques et les avantages de séparer les nourrissons des mères infectées de la COVID-19 après la naissance. Bien que de nombreux organismes de santé publique recommandent de garder ensemble les mères et les nourrissons, le Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis conseillent aux établissements d’envisager de séparer temporairement les mères et les nourrissons jusqu’à ce que la mère ne soit plus contagieuse, et recommandent que les risques et les avantages d’une séparation temporaire soient discutés avec la mère par l’équipe des soins de la santé.

Dans son commentaire, la Dr Stuebe, professeure d’obstétrique et de gynécologie à l’école de médecine de l’université de Caroline du Nord et professeure distinguée en alimentation des nourrissons et des jeunes enfants à l’Institut mondial de l’allaitement maternel de l’UNC Gillings School of Global Public Health, note que rien ne prouve que la séparation précoce des nourrissons et des mères – chez qui on soupçonne ou on a confirmé la présence de la COVID-19 – améliore quoi que ce soit.

Bien que la séparation puisse minimiser le risque de transmission du virus de la mère au nourrisson pendant le séjour à l’hôpital, elle a des conséquences négatives potentielles pour la mère et le nourrisson, selon le commentaire publié dans Breastfeeding Medicine, le journal officiel de l’Academy of Breastfeeding Medicine publié par les éditeurs Mary Ann Liebert, Inc. Cliquez ici pour lire (en anglais) le protocole gratuitement sur le site de Breastfeeding Medicine.

La Dr Stuebe souligne plusieurs risques liés à la séparation des mères et des nourrissons à l’hôpital, qui perturbe l’allaitement et le contact peau à peau pendant les heures et les jours critiques qui suivent la naissance.

  • Par exemple, les nourrissons qui n’ont pas de contact peau à peau avec leur mère ont tendance à avoir un rythme cardiaque et une fréquence respiratoire plus élevés et un taux de glucose plus faible.
  • La séparation stresse également la mère, ce qui pourrait rendre plus difficile sa lutte contre l’infection virale.
  • De plus, la séparation interfère avec l’apport de lait maternel au nourrisson, qui est important pour le développement de son système immunitaire.
  • La séparation perturbe également l’allaitement maternel, ce qui expose le nourrisson à des risques d’infections respiratoires graves, notamment la pneumonie et la COVID-19.

« Alors que nous naviguons à travers la pandémie de la COVID-19, écrit Mme Stuebe, j’ai espoir qu’on pourra centrer les mères et les bébés et qu’on se rappellera avant tout de ne pas les nuire. »

Arthur I. Eidelman, MD, rédacteur en chef de Breastfeeding Medicine, est d’avis « qu’il n’y a aucun besoin ou d’indication de séparer catégoriquement les nourrissons des mères suspectes ou infectées par la COVID-19, sauf dans des circonstances où l’état de santé de la mère l’empêcherait de s’occuper de son nourrisson. Alimenter le nourrisson de lait maternel, soit par l’allaitement au sein ou par du lait exprimé, est correct, voire souhaitable. »

*Traduction libre pour le MAQ

À découvrir

Articles par catégories

Infolettre

Pour les dernières nouvelles concernant les environnements favorables à l'allaitement

Share This