Allaiter au service de garde pendant la pandémie, c’est possible!

18 août 21 | Québec, Outils

Le 12 mai dernier, le MAQ tenait le webinaire « Tour d’horizon : Poursuivre l’allaitement après l’entrée au service de garde? C’est possible! ». Parmi les quatre invités, il y avait Philippe Grand, chef d’équipe du groupe Service saine alimentation de l’Association québécoise des CPE (AQCPE).

M. Grand a présenté quelques mesures sanitaires pouvant être mises en place pendant la pandémie par un service de garde (SDG) lors de l’intégration de nouveaux enfants. À noter que ces mesures peuvent être appliqués facilement dans tout type de service de garde (halte-garderie, maison familial, garderie non subventionnée, etc.), bien au-delà des CPE. De plus, ces mesures visent, entre autres, à faciliter les familles peu importe le mode d’alimentation de leur bébé. 

Le membre de l’AQCPE a également parlé du cadre de référence Gazelle et Potiron : pour des environnements favorables à la saine alimentation, au jeu actif et au développement moteur, conçu par le ministère de la Famille à l’intention des SDG du Québec.

Il en a profité pour souligner des liens pertinents entre ce guide et la Charte des SDG favorables à l’allaitement du MAQ, qui fait partie de la Trousse pour les SDG, ce qui en font des outils cohérents et complémentaires. 

Les éléments de la Trousse sont disponibles sur l’une de nos pages Web. Les SDG peuvent aussi la recevoir par la poste gratuitement après avoir rempli un formulaire disponible sur cette même page. 

Ci-dessous se trouve une retranscription presque complète de la prise de parole bien pertinente de M. Grand, lors du webinaire. Il est possible aussi de visionner son intervention ou le webinaire au complet sur notre chaîne YouTube.

*****

« Gazelle et Potiron est le cadre de référence pour la mise en place d’environnements favorables à la saine alimentation et aux jeux libres et actifs. Il est sorti en 2014-2015 et a été mis à jour en 2017. C’est un ouvrage essentiel pour tout service de garde (SDG). Il explique pourquoi c’est important des environnements favorables à la saine alimentation et le gouvernement du Québec a d’ailleurs travaillé à appuyer toutes ses recommandations sur des données scientifiques.

La première orientation de Gazelle et Potiron (G&P) est d’offrir le lait au poupon de manière sécuritaire et qui soit respectueuse du choix des parents. Il y a plusieurs pratiques que les SDG peuvent privilégier qui sont associées à cette orientation. En voici quelques-unes :

Une première pratique encouragée est de respecter les mères qui ont décidé de poursuivre l’allaitement à la demande et de faciliter la gestion particulière des allées et venues de ces dernières. En fait, cela fait sept ans que l’AQCPE encourage les SDG à mettre de l’avant des mesures qui vont faciliter l’allaitement.

Un parent peut décider de poursuivre l’allaitement pour différents motifs (personnels, médicaux, sociaux, etc.) et en tant que SDG, il faut respecter cela.

 

Le SDG peut jouer plusieurs rôles

Des rôles qui sont d’ailleurs mentionnés dans Gazelle et Potiron.

  • Se montrer accueillant : faire sentir aux parents que c’est correct et encouragé de poursuivre l’allaitement
  • Soutenir les parents : dans la façon qu’ils veulent continuer à nourrir leur enfant et dans leur choix d’alimentation
  • Ne pas juger : on est beaucoup dans le respect et l’acceptation. On présente aux parents ce qu’on peut faire au SDG et ensuite on travaille avec eux sur comment cela peut être appliqué.
  • L’importance du dialogue : selon le représentant de l’AQCPE, l’inscription commence dès la première visite des parents dans le SDG. C’est à ce moment-là qu’ils devraient être mis au courant que s’ils veulent poursuivre l’allaitement, on pourra trouver une façon de faire pour qu’ils puissent l’accomplir. On reconnait donc l’importance du dialogue et d’être prêt à ce type de discussion tant que SDG.

De plus, il est intéressant de constater,mentionne M. Grand, qu’il y a plusieurs liens qui peuvent être faits entre cette pratique à privilégier et plusieurs points de la Charte du MAQ, notamment les points 2,4,5 et 6.

Allaiter en contexte de COVID en SDG

M. Grand ajoute aussi qu’il est encouragé aussi de faciliter les allées et venues des mères qui désirent allaiter. Dernièrement, depuis la COVID, cela pose un certain défi étant donné que plusieurs recommandations en lien avec le respect des mesures sanitaires visent à restreindre l’accès au SDG. Donc est-ce que cela veut dire qu’une mère qui veut allaiter ne peut pas allaiter dans le SDG?

À l’AQCPE, l’équipe s’est penchée sur ces points et ce qu’il faut comprendre c’est qu’on peut accepter – et qu’il faut laisser entrer – la mère qui veut allaiter, mais mettre en place des mesures sanitaires, à l’aide de différentes étapes, est de mise.

Donc, qu’est-ce qui peut être fait ?

 

Voici les étapes mentionnées

  1. D’abord valider l’état de santé de la mère avant l’entrée au SDG.
  2. Ensuite, on évite de permettre à la mère d’aller dans le groupe de l’enfant. Donc on va avoir un endroit qui va être dédié à l’allaitement, à l’extérieur du local pour réduire les contacts entre la mère, le groupe, le reste des enfants.
  3. Puis, on va déterminer aussi les moments ou la mère va se présenter à la garderie comme ça on va être prêt à l’accueillir. On s’assure ainsi qu’il y a moins de personnes qui vont être en contact avec elle et qu’il n’y aura personne non plus dans le local où elle va pouvoir allaiter.
  4. Prévoir une station de lavage des mains que la mère pourra emprunter.
  5. Le port du masque est obligatoire. Le masque de procédure est fortement recommandé au lieu du couvre-visage en période de pandémie dans la garderie.
  6. Si ce n’est pas facilement nettoyable, par exemple, la chaise utilisée par le parent, prévoir un recouvrement lavable pour la chaise.
  7. Une fois que la mère a quitté la salle, il est recommandé de nettoyer ce qu’elle peut avoir touché (ex. appui-bras, dossier, etc.)
  8. Tout au long de la visite, on respecte le principe de distanciation encouragé par les autorités sanitaires entre la mère, le personnel et les enfants.

Donc, comme on voit, c’est faisable (l’allaitement en SDG), lance M. Grand. Ce n’est pas parce qu’il y a la COVID qu’une mère ne peut pas allaiter son enfant dans le SDG.

–> Ces étapes sont rassemblées dans un document produit par l’AQCPE – intitulé Aide-mémoire: mesures sanitaires lors de l’intégration de nouveaux enfants – est disponible ICI.

Une autre pratique à privilégier, poursuit M. Grand, est d’offrir un endroit confortable et tranquille où les mères peuvent allaiter et s’assurer que les parents sont bien informés de ces facilités d’accueil.

 

Rôles que peut jouer un SDG pour mettre en place cette pratique

– Offrir un endroit confortable et tranquille
L’aspect tranquille va varier selon les parents. Certains sont très à l’aise que l’allaitement se fasse en public et d’autres vont préférer que ça soit plus en privé. En contexte de COVID, il reste qu’il y a des mesures à suivre, mais dans un autre contexte on peut se dire qu’en discutant avec le parent on pourra trouver ce qui lui plaît et ce qui est mieux pour elle et son enfant.

– Entente à propos des heures d’allaitement
Le fait d’avoir des ententes quant aux heures d’allaitement, c’est aussi facilitant pour l’équipe du SDG que pour le parent – de savoir à quel moment il va pouvoir se présenter et aussi en fonction de l’horaire général de l’appétit du poupon, il est possible d’identifier des heures particulières pour l’arrivée du parent.

– Point de vue lavage, désinfection et méthode sécuritaire pour donner le biberon ou pour soulever les enfants. On est dans une vision « santé et sécurité » au travail. Ce sont des pistes qui contribuent à faire d’une garderie un environnement favorable pour les familles qui ont décidé d’allaiter.

Des réflexions aussi à tenir en compte: 
– Est-ce que le CPE a une procédure claire et écrite pour encadrer la manipulation et la conservation des biberons?
– À quelle fréquence lave-t-on les biberons? À quelle fréquence stérilise-t-on les biberons?
– Est-ce que toutes les éducatrices utilisent une méthode sécuritaire pour donner le biberon? Pour soulever les enfants?

Une dernière pratique à considérer est l’offre occasionnelle d’eau aux poupons âgés de plus de six mois. En bas de six mois, ils n’ont pas besoin de boire de l’eau. Vers six mois, alors qu’ils commencent à consommer des solides, il est possible de donner des petites quantités d’eau, occasionnellement. Les solides qui commencent à remplacer progressivement le lait maternel contiennent moins d’eau que le lait maternel, alors on va venir compenser cela avec des petites gorgées d’eau à travers la journée.

*****

Cela résume les recommandations de Gazelle et Potiron en lien avec l’allaitement en SDG. Il est possible de faire des liens entre ce document de référence et huit points sur dix de la Charte des SDG favorables à l’allaitement du MAQ.

C’est donc très cohérent avec ce que l’on encourage les SDG à faire du point de vue de l’allaitement et l’accueil des parents, souligne M. Grand.

Ce ne sont pas tous les SDG qui connaissent l’existence de Gazelle et Potiron, malgré les grandes campagnes de publicité qui ont eu lieu lors de sa sortie. Par contre, le guide demeure toujours disponible et il est facile à trouver. Il existe aussi la version anglophone qui a été publiée dernièrement. »

 Crédit photo: Province of British Columbia

 

À découvrir

Articles par catégories

Infolettre


Pour consulter notre dernière infolettre, cliquez sur l'image.

Share This